Stephane Norbert

Journal d'un musicien

Dimanche 4 octobre 2020 : 

Voilà c'est ce soir que je me décide enfin à écrire ce qui me passe par la tête, me met en joie, me motive, me dérange...

Comme tous les artistes, tous les français et peut-être une grande partie de la planète j'ai été confiné au printemps dernier. Je le suis encore sur certains points, je n'ai pas le droits de donner des concerts comme je le souhaiterais, des rendez-vous artistiques sont pris puis s'annulent. C'est sûrement cela qui guide mes doigts et ma tête pour écrire.

J'ai réussi à donner une série de petits concerts avec So Loops durant tous les week-ends de septembre. Le concert s'appelle [IN]TIME, je vais souvent en parler. Petits concerts pour 10 personnes maximum. Plusieurs raisons à cela : la première c'était de respecter des distances entre chaque chaises du public en intérieur. La seconde c'était en cas de décision préfectorale d'interdire des rassemblements de plus de dix personnes, j'étais "dans les clous". Petits concerts complètement auto produits. Je voulais me "déconfiner en public" mais c'était compliqué voire impossible de passer par une institution ou un théâtre. En juillet, un couple d'ami m'a proposé d'utiliser leur lieu, qui est une propriété assez grande et tout à fait accueillante, pour jouer, pour travailler. Banco. Isabelle PARENTY, qui m'a rejoint dans l'aventure en février dernier en tant qu'assistante de production mais aussi chargée de diffusion et de communication, m'a tout de suite épaulé. La presse a très bien répondu en soutenant vraiment le projet, on a beaucoup parlé d'[IN]TIME dans les médias normands ! Le public est venu, parfois de manière "frileuse" due au virus qui nous préoccupe. Seize représentations sur 8 jours et pas mal de séances complètes, quelques-unes plus calmes, mais toujours un public enthousiaste ! J'ai même entendu plusieurs fois "bravo, on a réussi à oublier le covid". Alors, mission réussie. Quelques amis musiciens et danseurs sont venus aussi, quel plaisir de les avoir retrouvé. La seule petite déception était de n'avoir vu personne du métier qui programme les spectacles dans des théâtres ou des services culturels. Ils avaient pourtant tous reçu des invitations...pas grave, je n'ai pas encore le talent pour les intéresser, j'espère que ça viendra avant que je ne sois trop vieux ou trop fatigué. 

En parlant de personnes programmant des spectacles et des concerts, j'ai pu jouer [IN]TIME devant des responsables de médiathèques de Seine-Maritime vendredi 25 septembre dernier, lors d'une journée consacrée à la programmation de petites formes de spectacle. Isabelle et moi-même y avons fait de belles rencontres...je crois que ça leur à vraiment plu au vu des temps d'échanges à la fin des représentations, on en reparle bientôt. C'est tout pour ce soir. 

 

Jeudi 8 octobre 21h30 : 

Je suis fier d'avoir commencé une nouvelle aventure musicale avec une association qui vient de voir le jour sur la région rouennaise mais qui existe depuis quelques années déjà au niveau nationale. Il s'agit de La Source. Plusieurs projets avec spectacles à la clé, vont se faire cette année, si tout va bien. Tout d'abord rencontres artistiques - répétitions et minis concerts avec de adultes en situation de handicap. Déjà commencé et déjà des victoires, déjà des retours émotionnels forts et sincères. Et en face de moi des sourires, une envie de faire et de bien faire ! j'ai hâte de me retrouver sur scène à leur côté. Autres projets avec des enfants qui en auront vraiment besoin au printemps. En fait je dis ça mais tout le monde en a vraiment besoin ! Tout le temps. Je le sais parce que je ressens cela dans mon métier en permanence. C'est évident ce que je dis là, mais c'est pour ça que j'ai besoin de me sentir proche des gens. On a besoin d'être connecté. Et puis si proche je suis mis à nu, pas d'esbroufe possible. Peut-être que le virus qui courre en ce moment est là pour nous rappeler cela aussi ! Pas de faux contacts, de faux semblants, de grandes réunions ou on est tous serrés, on ne voit même pas l'artiste parce qu'il est trop loin, ces concerts industriels ou tu passes ton temps à siffler dans l'oreille du voisin.                         J'ai un souvenir de ce genre de concert, mais avec les amis qui m'accompagnaient, nous avions trouvé une parade, nous voulions absolument être au premier rang, les coudes posés sur les barrières-crash. Il ya avait un gros son, et surtout beaucoup de basses, mais les trois heures et demie de concert de Dan Ar Braz et de Jacques Higelin ensuite, avec dans les deux cas de très bons musiciens, étaient un vrai régal. Mais j'ai eu beaucoup d'autres déceptions....

Sans transition, j'ai repris les répétitions de l'Orchestre d'Harmonie de Rouen Métropole, que j'ai le plaisir de diriger depuis février 2019. C'est tout récent, mais à mon arrivée l'orchestre était très malade et même sur le point de disparaître ! Beaucoup de musiciens amateurs m'ont rejoint dans cette aventure et les choses se remettent doucement. Et ce grâce à une équipe qui est présente, une présidente de l'association qui s'investit. Mais nous n'en sommes qu'au début, le confinement nous ayant vraiment "coupé l'herbe sous les pieds" : nos premier véritables concerts étaient prévus en avril dernier et n'ont donc pu avoir lieu ! Nous occupons une salle le lundi soir pour répéter, salle qui est d'une tristesse abyssale et que nous ne pouvons pas l'occuper en dehors des deux heures qui nous sont imparties dans la semaine. Le matériel de percussion est rangé à l'étage, nous devons le manipuler à chaque fois. Et puis la séance de gym-tapis-chaussettes qui se déroule sur le créneau horaire avant le notre termine systématiquement en retard. Je crois que nous sommes le seul orchestre en france à ne pas avoir une vrai salle de répétition. On pourrait développer d'autres projets, on pourrait même y associer mes projets artistiques personnels, mais je ne me fais aucune illusion. Je vous raconterai plus tard comment nous nous sommes "déconfinés" en juin dernier. C'est tout pour ce soir.